revue de troupes romaines

Quelles unités pour le Comitatus Gaulois ?

 – pour les liens vers les photos des petits soldats peints, allez directement en bas d’article ! –

Je n’imaginais pas m’embarquer dans la reconstitution d’une armée entière  : les premières unités que j’avais réalisées ne suivaient pas de plan préétabli… Finalement, en lisant -énormément- sur le sujet, la passion a grandi, au point de vouloir la retranscrire en 20mm !

Depuis que j’ai décidé de faire une armée entière (cliquez pour les photos), j’ai dû d’abord choisir la période. La toute fin du IVème siècle s’est imposée par romantisme (les derniers moments de toute-puissance de l’Empire).

Pour déterminer la composition de mon armée, j’ai ensuite chercher à concilier la véracité historique, autant qu’elle puisse être définie, et me faire plaisir : il y a quelques petites (grosses?) incohérences que j’assume, juste parce que je voulais mon armée A MOI 🙂

les sources littéraires

La littérature, au détour d’une description, nous donne à connaître parfois le nom précis des unités engagées. Pour la période choisie, ce sont deux auteurs qui m’ont beaucoup aidé :

Ammien Marcellin et ses Res gestae, qui décrit avec beaucoup de précisions le comitatus gaulois du César Julien, 40 ans avant notre période de référence.

Son récit de la bataille de Strasbourg, où le comitatus gaulois, qui ne comprenait déjà que 13 000 à 15 000 hommes, massacra la terrible armée Alamanne nous donne nombre d’indications utiles.

Bataille de Strasbourg Argentorate Cornuti seniores Brachiati seniores
Cornuti et Brachiati face à Chnodomaire !

Ammien ne cite nommément que cinq unités mais la lecture de Zosime, et la connaissance que nous avons de quelques unités du comitatus Gaulois de Magnence, l’usurpateur dont il a « récupéré » l’armée, nous aide à tracer avec une certaine précision son ordre de bataille.

Il est intéressant de noter que son corps d’armée ne semblait compter que des unités de premier ordre, soit des unités palatines (l’armée romaine de l’époque, faut-il le rappeler, était constituée dans l’ordre de qualité opérationnelle de troupes palatines, comitatenses et limitanei).

Nous savons ainsi que dès le début de la campagne, Julien était accompagné de Cataphractaires (dont nous retrouverons au moins une unité, probablement deux, sur son aile gauche dans la bataille) ainsi que des archers à cheval. Par ailleurs, en bon César (vice-empereur en quelque sorte), ou même commandant d’armée régionale, il devait bénéficier d’un « état-major », composé de quelques dizaines de « protecteurs » (à l’époque,  les protectores domestici était un corps regroupant les futurs officiers en formation. Généralement, après quelques années chez les protecteurs au service d’un général, on prenait le commandement d’une unité), voire pour un César de « Candidats » (les candidati étaient des pages impériaux).

Peut-être aussi était-il accompagné de Scholes palatines (Scholae palatinae), unités d’élite de cavalerie de 500 hommes triés sur le volet. Il n’en est jamais fait mention, ce qui me semble étonnant.

En ce qui concerne les troupes « locales », nous savons de source sûre que la légion palatine des Primani était présente, tout comme les auxiliats palatins des Cornutes (Cornuti Seniores)et des Brachiates (Brachiati seniores), qui combattaient toujours ensemble. C’est une particularité de l’armée romaine du bas-empire : les unités d’infanterie sont employées par paire, en brigade.

Les Cornutes et les Brachiates donc, mais aussi les Celtes (Celtae) et les Pétulants (Petulantes), les Bataves (batavi seniores) et les Hérules (Heruli), autres auxiliats que l’on retrouve sur ce théâtre d’opération. Les deux derniers seront par exemple encore employés de concert par le Comte Théodose lors de son expédition en Bretagne lors de la Grande Conspiration.

Reste un auxiliat dont on ne connait pas le pendant, les Regii, présent à la bataille.

De manière incidente on apprend dans Ammien que deux légions « mésiaques » étaient en Gaule à l’époque, ce qui tend à laisser penser que les Légions palatines des Moesiaci et des Pannonciani auraient pu être alignées à Argentoratum.

Enfin, je finis par les unités principales, les Herculiens et Joviens Seniors (Herculiani et Ioviani Seniores). Elles ne sont pas citées par Ammien à Strasbourg, qui en parle pourtant très souvent (on y reviendra), mais on sait que l’usurpateur Magnence en Gaule était précisément Comte des Herculiens et des Joviens. De plus, ils sont engagés dans toutes les autres opérations du César. C’est donc presque impossible que ces deux unités d’élite, sans doute les meilleures de l’empire, n’aient pas été alignées.

Enfin, nous savons que Julien était assisté d’un Dux (Un duc était un commandant d’unités limitanei. Assignées aux frontières, elles étaient fréquemment engagées aux côtés des unités d’élite en campagne, ce qui d’ailleurs tend à prouver qu’elles avaient de la valeur !), sans connaître ni le nombre ni le type d’unités qu’il avait avec lui. Pour s’aider, on peut prendre la liste des unités promus pseudocomitatenses (fausses troupes d’accompagnement, lenom que les Romains donnaient aux unités régionales promues dans les armées « mobiles), comme les Martenses ou les Superventores.

Le tableau, sans être complet, est suffisamment précis pour avoir une idée claire du Comitatus Gaulois de l’époque.

—————————–

Claudien, et son de bello Gildonico, cite nommément 6 unités « gauloises » participant à l’expédition impériale de Mascezel en 397-398.

Je listai dans cet article sur les effectifs des armées romaines de l’époque les unités citées :

  • La légion palatine des Herculiens (Herculiani Seniores)
  • La légion palatine des Joviens (Ioviani Seniores)
  • Une légion qui porte le nom d’Honorien  (identification malaisée, mais une légion gauloise portant le nom de l’empereur, cela peut être les Lanciarii Gallicani Honoriani )
  • L’auxiliat palatin des Lions (Leones seniores)
  • l’auxiliat palatin des Nerviens (Sagittarii Nervii Gallicani)
  • l’auxiliat palatin des Invincibles (Invicti iuniores Britanniciani )
  • l’auxiliat palatin des Heureux( Felices seniores ou Felices iuniores )

On retrouve les deux légions palatines de choc, toujours embrigadées : les féroces Herculiens et Joviens forment toujours la noyau dur des « forces spéciales » envoyées rétablir l’ordre dans la province d’Afrique, en état d’insurrection majeure.

late roman field armies number of troops magister equitum per gallias
effectifs théoriques des armées romaines en 399. Pour le numerus intra gallias, le magister equitum per Gallias aurait disposé d’environ 30 000 hommes dont 4000 cavaliers

—————————–

La notitia dignitatum

On peut croiser ces informations avec un document exceptionnel : la notitia dignitatum, document qui liste la totalité des unités romaines et de leur commandement.

Cette bible recèle d’un autre trésor : elle donne la classification opérationnelle, la localisation et l’épisème de toutes les unités (sauf pour les limitanei et les unités de cavalerie d’Orient) : une mine d’or !

notitia dignitatum épisèmes motifs boucliers ioviani seniores herculiani seniores herculiens seniors jovines seniors
les épisèmes des unités romaines. Quel document !

Malheureusement, elle nous est parvenue via des copies médiévales de qualité moyenne (lacunes, approximations…) et surtout, elle a fait l’objet de beaucoup de modifications entre 390, date de début de sa rédaction, et environ 420, date de sa dernière « mise à jour » pour la partie occidentale.

La notitia donne donc plutôt un tableau de l’armée romaine plus de 20 ans après notre date, et les mises à jours sont parfois incohérentes, sans compter une transmission parfois aléatoire. certains copistes médiévaux étaient manifestement fainéants !

Un chimiste anglais installé au Japon, Luke Ueda-Sarson, a créé un site dédié à ce document, qui répertorie toutes les unités avec leurs épisèmes reprenant chaque manuscrit.

Mais son apport essentiel à mes yeux, c’est son travail de recompilation, en essayant de remettre certains épisèmes manifestement pas à leur place.

Je suis en accord avec 100% de ses conclusions, aussi c’est cette « version » que je retiendrai pour attribuer certains épisèmes litigieux.

Dernier point, la notitia donne la liste des troupes du comitatus gaulois. Alors pourquoi ne pas se baser dessus me direz-vous ? Parce que selon toute probabilité elle a été dressé dans les années 420, après la grande invasion de 406. Pour plus d’informations, je vous invite à visiter ce site, consacré à l’armée romaine du bas-empire, que je trouve EXCEPTIONNEL Si un jour son auteur, Julien Declerck, me lit, qu’il sache toute ma gratitude !


Liste des unités retenues

ici figureront les unités que j’ai retenues pour mon armée. Entre parenthèse, le nombre de figurines réalisées. Cette partie sera évidemment amendée régulièrement. Pour en savoir plus, il ne vous reste plus qu’à cliquer sur les liens, quand il y en a !

état-major

Infanterie 

Légions palatines – Legiones palatinae

Auxiliats palatins – Auxiliae palatinae

 Légions comitatenses – Legiones comitatenses

Légions d’accompagnement – Legiones pseudocomitatenses

Garnisons frontalières – milites stationarii

Cavalerie

Vexillations palatines – vexillationes equitum palatinae

Vexillations comitatenses – vexillationes equitum comitatenses

Cavalerie frontalière – equites limitanei

La liste n’est pas exhaustive, et ne représente qu’une partie de ce qui a déjà été réalisé, sans compter ce qui est en cours ou à venir. Revenez sur cette page pour suivre l’évolution du comitatus !

Compteur de figurines 20mm ou 1/72 :

8 protecteurs + 24 cataphractaires +48 Herculiens + 24 Marcomans juniors +40 Martenses +36 Brachiates +40 Cornutes +20 Comtes Alains +48 Ménapes + 56 Joviens + 92 Superventores + 41 Mattiaques seniors + 48 Dalmates +41 Mattiaques juniors + 2 officiers généraux + 54 limitanei +80 Lanciers de Sabaria + 40 Marcomans seniors +44 Cortoriacenses + 24 Cavaliers Gaulois + 9 Bucellaires + 25 soldats Dalmates + 40 burgarii + 24 Bataves +18 Taifales juniors + 14 Cavaliers Honoriens Seniors + 12 cavaliers archers + 52 arthuriens + 41 flaviens= 873 petits soldats peints !

Fédérés – Foederati

  • Fédérés saxons – Foederati saxonicii (200)
  • Fédérés pictes – Foederati pictii
  • Maures – Numerus equitatus Mauri

Éléments de diorama

défenses romaines
prendre d’assaut une fortification romaine, vous n’y pensez pas !
Advertisements

4 réflexions sur “Quelles unités pour le Comitatus Gaulois ?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s