Cornutes seniors – Cornuti seniores

Inséparables des Brachiates seniors, cet auxiliat palatin a sans doute été le premier créé par Constantin parmi les 10 premiers levés sur le Rhin. En atteste en tout cas sa première place dans la notitia dignitatum, dont j’ai déjà dit l’importance qu’elle donnait à la date de création.

En réalité cet article sera très court, car l’engagement en brigade des Cornuti avec les brachiati me ferait répéter 100% de ce que j’ai pu écrire sur ces derniers. Pour une histoire des Cornutes et de leurs frères d’armes, allez donc sur la notice des brachiates ! (allez-y, cliquez, c’est passionnant l’histoire de ces unités !)

Quelques petites infos supplémentaires néanmoins (et des photos) :

Assez logiquement, cornuti signifie « cornus » ou « cornés ».  Pour comprendre ce surnom, il faut voir le bas relief représentant la bataille de Vérone en 312 sur l’arc de Constantin.

cornuti seniores arch constantine
la bataille du pont Milvius sur l’Arche de Constantin

On y voit des soldats de l’armée impériale portant des casques à cornes. Ils sont d’ailleurs en première ligne, sur un autre bas-relief, celui de la bataille du Pont Milvius, victoire triomphale de Constantin devant Rome face à Maxence. Un ornement bien peu romain qui s’explique par la création de l’unité : soldats germains levés en masse pour fournir de la « chair à canon » à Constantin dans ses multiples guerres (surtout civiles, terriblement consommatrices de troupes), essentiellement chez les Francs et les Alamans, ils sont à l’origine incorporés par ethnie, avec uniquement des officiers Romains (qui devaient être gaulois).

diorama painted figurines cornuti seniores goths
Les cornuti seniores durent s’employer contre nombre des ennemis de l’Empire, dont les terribles Goths

La valeur de ces troupes a très vite été reconnue, et surtout a perduré dans les deux siècles qui suivirent, en même temps que son caractère celto-germain lui déclinait : plus les années passent, plus cette unité ressemble de plus en plus à une légion d’élite des plus romaines. Ainsi on ne connaît que le nom d’un seul Cornute: Flavius Aemilianus, citoyen romain né à Singidunum (aujourd’hui Belgrade) en Mésie, qui s’était enrôlé en 329 à 20 ans et qui servit 27 années jusqu’au grade de Ducénarius (Ducénaire). Rien à voir avec un germain mal dégrossi !

cornutes seniors goths
Les Cornutes tombent sur une patrouille gothe, venue en reconnaissance jusque sous les murs de la cité : ils ne faut pas qu’ils puissent retourner à leur campement !

En réalité, les auxiliats palatin se sont romanisés, alors que les légions se sont ouvertes aux recrues barbares. Avec l’utilisation par ces deux types d’unités d’un matériel très standardisé par sa fabrication dans les usines d’armement de l’époque, bien peu les différenciaient.

diorama bataille roamine 1/72
la bataille s’engage contre les goths féroces…qui ont l’inconvénient d’avoir été formés au combat… par l’armée romaine !
cornuti seniores heavy infantry
les armati lourdement armés et les scutati légers formaient l’essentiel de l’auxiliat des Cornuti seniores, avec sans doute quelques archers

J’ai peint ces Cornutes assez rapidement. C’est d’ailleurs si je me souviens bien la première unité que j’avais réalisée, sans encore m’embarquer dans ce projet fou du comitatus gaulois.

cornuti seniores late roman figs
Mes premiers soldats romains tardifs jamais peints : il y ades années, je n’avais ni idée de ce que j’allais faire, et encore moins de technique de peinture !

En les ressortant du placard, je me disais qu’il allait falloir les reprendre sérieusement, rien que les épisèmes sont terriblement moches !! dans ma to do list, ils sont étaient donc en bonne place pour un rafraichissement sérieux.

D’autant que j’avais réalisé l’unité en peignant une boite de Hät 8087, représentant l’infanterie lourde tardive. Mais je pense qu’un auxiliat devrait comporter plus de fantassins légers, à l’image de mes brachiates ou de mes marcomans.

Bref, 40 cornuti seniores qui se sont transformés en Marcomans seniors après quelques travaux de peinture. La base n’étant pas très qualitative, pas de regrets ! Pour une troupe d’élite, je préfère de belles figurines !

En attendant, un figurinistes italien des mes connaissance m’a réalisé quelques cohortes (au bas empire, la cohorte ne représente plus qu’une centaine d’hommes), et ce sont donc les siennes qui illustrent cet article.

pro painted roman minis
En première ligne, les lourds armati, porteur de cotte de maille (lorica hamata), alors que les scutati, plus légèrement équipés, dardent de traits l’ennemi

Leur épisème (emblème de bouclier, unique par unité à des fins évidentes de reconnaissance durant le combat… mais aussi moyen de « propagande » : les barbares reconnaissaient ainsi et craignaient d’affronter les plus terribles unités romaines qu’ils reconnaissaient au loin à leur bouclier) est un modèle assez fréquent de l’époque, que l’on retrouve avec des schémas de couleurs différents dans de nombreux auxiliats, donc leurs frères des brachiates, mais aussi les Celtes, les pétulants, les marcomans juniors...

https://i1.wp.com/lukeuedasarson.com/NDcornutiSeniores.png
le motif du bouclier des cornutes, fréquent à l’époque tardive romaine

 

roman fortress diorama
L’hiver, les troupes d’élite logeaient désormais dans les villes, casernées chez l’habitant à l’abri des fortifications.

 

 

Publicités

12 commentaires Ajouter un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s