castriciani 20mm romains peints

Burgarii – Gardes frontières

C’est plus fort que moi : ce que j’aime dans un projet comme celui-ci, c’est à la fois avoir des unités régulières rutilantes comme par exemple les Joviens seniors, mais aussi quelques unes moins prestigieuses, sur lesquelles je me « lâche » un peu plus.

Dans le cas de mon armée gauloise, en cas de force majeure, le magister militum per gallias devait mobiliser toutes les troupes disponibles, dont les burgarii. Ces derniers, aussi appelés castellani, sont sans doute les troupes régulières les moins considérées de l’armée romaine tardive.

castellani 1/72 romains peints figurines
monter la garde à la frontière, mission principale des Castellani

A l’origine, c’étaient de petits détachements de légions limitanei, chargés d’occuper les burgus ou les castella, postes frontières de taille très réduite, qui contenaient une vingtaine d’hommes au maximum. Ces postes, disséminés le long des frontières de l’empire, avaient de nombreuses missions : surveiller les barbares et servir de « sonnette » en cas d’intrusion, mais aussi faire office de police locale, escorter les personnages ou les convois importants, aider à la perception des impôts… Les troupes régulières occupent elles des casernements situés dans des villes, ou d’anciens camps qui se sont transformés en forteresses, comme dans les éléments de diorama que l’on peut voir dans cet article.

praefectus ripae 20mm romains figurines peintes
le préfet de frontière, accompagné du labarum de l’unité, quitte le burgus à l’issue de son inspection

Mais la « sclérose » de l’armée romaine a fini par faire de ces soldats des résidents permanents de ces postes, sans plus guère de lien avec leur unité-mère, avec les conséquences évidentes que cela comprend : laissées (plus ou moins) à elles-mêmes, la discipline, l’équipement, et tout simplement la valeur militaire a du s’en ressentir. Suite logique, les Romains finirent bien souvent par confier ces tâches à des fédérés barbares ou à des Lètes (citoyens romains libérés par les armées romaines après un séjour plus ou moins loin de l’autre côté du Limes) pour ne pas « gâcher » leurs précieux soldats réguliers.

burgarii 1/72 romains tardifs peints
la troupe a été appelée par le propriétaire d’une villa : des pillards Alamans ont été repérés !

Dans mon cas, la date de 399 rend encore plausible la permanence de garnisons régulières, mais négligées.

draconnaire 1/72 romain peint
le draconnaire de l’unité, conversion à partir de gaulois, romains et parthes…

J’avoue que je me suis beaucoup amusé à les faire, en partant du principe que j’allais utiliser toutes sortes de soldats. L’idée était de réutiliser pas mal de « déchets » provenant de projets précédents, de faire à ma modeste manière de la conversion.

conversion 1/72 soldat romain peint
bel exemple de conversion : corps, tête, jambes, mains, armes, tout provient de figurines différentes !!

Il m’est juste impossible de citer tous les fabricants que j’ai utilisé, certaines figurines n’étant même pas identifiables. Sachez qu’il y a de l’atlantic (du robin des bois, des gladiateurs par exemple), du Revell (Gaulois..), Esci (Barbares, romains impériaux…), Hät (des goths, les fantassins parthes de leur confection de cavalerie, des wisigoths), des fabricants inconnus donc, et une ribambelle d’armes, de boucliers provenant de toute part.

Comme je l’ai écrit dans ce (long) article, il existe un certain choix de boites de figurines tardo-romaines.

centenarius 1/72 romain peint
le centenarius de l’unité, commandant du burgus

Les têtes, corps, jambes, tout a valsé pour faire une troupe hétéroclite qui m’amuse beaucoup. Je ne suis pas allé jusqu’à leur faire une tunique différente à tous, parce que le rendu aurait été trop médiéval, encore qu’il s’agisse précisément des prémices de ce genre d’armée. Pour le bouclier, je me suis librement inspiré du Chi-Rho, le signe chrétien devenu assez fréquents sur les épisèmes romaines depuis Constantin.

velite burgarii chi-rho romain peint
le motif du bouclier des ces burgarii est un « Chi-Rho » , en l’absence de motifs de ces unités qui nous soient parvenus.

Généralement, j’en faisais deux-trois après chaque session « sérieuse » sur une unité régulière, histoire de quitter mes habitudes laborieuses : étant un peintre sans grand talent, j’essaye de réaliser des armées historiquement justes et à l’esthétique « propre ». La seule exception, ce sont mes burgarii ! D’ailleurs, et vous pouvez lire l’article qui y est consacré, mon premier élément de diorama est précisément un burgus.

A l’heure actuelle j’ai 42 burgarii :

  • 1 préfet de frontière
  • 1 signifer (porteur du labarum) monté
  • 12 sagittarii, archers légers
  • 18 scutati, fantassins légers sans armure
  • 10 armati, fantassins lourds
Advertisements

8 réflexions sur “Burgarii – Gardes frontières

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s