Superventores Iuniores – Commandos juniors

J’imagine que le titre de l’article a du vous interpeller : ma traduction des Superventores Iuniores en commandos juniors est en effet toute personnelle, mais je la crois très fidèle !

A mesure que la guerre contre les barbares changeait de visage, les Romains démontraient chaque fois leur extraordinaire capacité d’adaptation. Un des grands changements qu’il eurent à conduire regarde la surveillance des frontières. Historiquement, les légions romaines représentaient le triomphe de l’infanterie ultra-lourde et de la discipline dans l’exécution de manœuvres complexes par des milliers de légionnaires.

Mais à quoi cela pouvait-il servir face à des infiltrations continuelles de petites unités légères, mobiles, refusant le combat traditionnel ? Pour répondre à ce défi, les Romains développèrent 3 réponses :

  • le déploiement de nombreux contingents de cavalerie légère dans des avants postes au contact des marches barbares
  • la gestion d’un service de renseignement efficace aux frontières, via un réseau d’informateurs (marchands, chef barbares corrompus…) et d’espions professionnels (appelés Arcani ou Aerani).
  • La création d’unités spéciales, destinées à surprendre les ennemis, en territoire ennemi comme Romain. Ces commandos, les Romains les appelèrent praeventores, exploratores et superventores

Les deux premiers étaient spécialisés dans l’infiltration en territoire ennemi, mais les superventores avaient une mission plus particulière : mener des attaques surprises, des embuscades, voire des attaques que le qualifiera de non conventionnelles. L’exacte définition d’un commando.

superventores iuniores
A l’aube, une escouade de superventores part préparer une embuscade contre des pirates saxons endormis…

On connait par Ammien Marcellin un engagement de ce type d’unité, au siège de la place forte Romaine de Singara en 344. Encerclés par une immense armée perse, les superventores sortirent d’une poterne en pleine nuit et massacrèrent un grand nombre de assiégeants dans leur sommeil. On est loin des manœuvres précises des cohortes légionnaires, et en plein dans le coup de main ! A noter que l’unité des Superventores orientale était 15 ans plus tard au siège d’Amida, où l’issue de fit pas aussi favorable aux Romains. Y a-t-elle été détruite ?

Ca n’est pas impossible, puisque l’unité que j’avais choisie, les Superventores iuniores, n’ont pas d’équivalent seniores dans la notitia dignitatum.

Cette unité a le statut de pseudo-comitatenses, ce qui signifie qu’à l’origine elle était positionnée pour la garde « statique » d’une frontière, et qu’au gré des guerres, pertes et engagements elle a été promue par le haut commandement Romain dans l’armée de manœuvre des Gaules.

La notitia étant un vrai mille-feuilles, on sait aussi ou les superventores étaient basés avant leur promotion : à Mannatias, corruption de Namnetas, Nantes, sous le commandement du Duc du Rivage Armoricain et Nervien. En clair, cette unité régulière était chargée de surveiller les côtes et de tendre des embuscades aux pirates francs et saxons qui la « testaient » en permanence. On comprends mieux le besoin d’une unité légère et réactive face à ce type de menace. Quand on connait la répugnance absolue des Romains a changer ne serait-ce qu’un soldat de catégorie opérationnelle, la promotion de l’unité entière a du sanctionner une efficacité redoutable.

Dans mon projet de comitatus Gaulois, je voulais une unité sœur pour mes Martenses. Quoi de mieux que prendre une autre légion pseudo-comitatenses originaire du même commandement régional ? D’autre part, l’épisème du bouclier, hormis les coloris, est le même (et pas difficile à faire!).

Pour les réaliser, j’ai utilisé les Hät 8100 et 8137. Je dois avouer qu’en ouvrant les boîtes, j’ai été horriblement déçu par les modèles. Comme à chaque fois que ce cas se présentait, je les peignais donc à la va-vite. Je le regrette maintenant, et comme pour les Cornutes, je me suis noté de les rafraichir, et de plus les travailler à l’occasion. Un sacré travail, car en plus des 84 Hät, j’ai rajouté 6 archers MiniArt 72012… En attendant, j’ai confié les mêmes figurines à des artistes, je vais bien voir ce qu’ils en font !!

late roman fig
Les figurines sont laides… Mais historiquement justes !

 

 

 

Publicités

9 commentaires Ajouter un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s