HaT Set 8133

Equites Honoriani seniores – Cavaliers Honoriens Seniors

Cette unité de cavalerie me semblait nécessaire de la même manière que leurs homologues des Equites Honoriani Taifali iuniores : je voulais une unité de la fin du IVème siècle, formée de barbares vaincus passés sous la bannière romaine et dotés d’un magnifique motif de bouclier !

épisème bas empire romain
un motif de bouclier original, mais pas facile à réaliser, et surtout à reproduire ! – copyright luke ueda

Il est difficile de retracer précisément l’historique de cette unité. Nous en sommes réduits à un certain nombre de conjectures. Son qualificatif d’Honorienne laisse à penser que l’unité a été levée lors du règne d’Honorien,  de 395 à 423.

Mais ça n’est pas obligatoire : son père Théodose a pu lever cette unité et lui donner le nom de son fils (pour affirmer le principe dynastique), comme il a pu le faire avec une région renommée pour ces raisons de propagande. Il n’est pas non plus impossible que l’unité de cavalerie existait depuis longtemps et qu’elle ait été renommée au nom du souverain comme une marque de loyauté, de fidélité ou de récompense pour un fait d’armes.

illustration honoriani comites alani
Pour réaliser une unité, les illustrations comme celles-ci sont bien utiles !

C’est une pratique courante des Empereurs Romains que de donner leur noms aux légions pour mieux se les attacher. Les usurpateurs aussi, pour solidifier leur pouvoir, pouvaient lever des troupes à leurs noms : Magnence leva ainsi deux légions en Gaule vers 350, les Magnentiaci et les Decentiaci, qui portent son nom et celui de son fils. Apparemment leur valeur martiale était très élevée, ce qui pourrait laisser penser qu’il s’agissait de leur garde personnelle. Leur sort est d’ailleurs intéressant, puisqu’après la chute des usurpateurs, elles furent rebaptisées Superventores et Praeventores et envoyées sur le front Perse par Constancee, dans la ville forte d’Amida. Elles y périrent lors du siège de la ville et sa prise par le roi Sapor II.

hat 8085 figurines
Les cavaliers gothiques du set Hät 8085 sont parfaits pour réaliser des cavaliers barbares au service des Romains

Dans la notitia dignitatum, on trouve énormément d’unités portant le nom d’Empereurs dont la mémoire n’a pas été avilie (à l’époque de la rédaction du document !) : Gratianenses, Valentinianenses, Costantiaci, Teodosiani, Arcadii, Constantini, Constantiniani, Diocletiani

Les plus nombreuses sont les unités d’Honoriani, qui se comptent par dizaines ! Trois explications principales à ce foisonnement d’unités honoriennes.

  1. La compilation de la notitia et ses nombreux amendements datent précisément de son règne : rien d’étonnant à les retrouver aussi nombreuses. Tout laisse à penser que si ce document avait été écrit sous Constance II, bien plus de Costantiaci auraient été retrouvés. Car au-delà de la pratique de renommer les légions ou les auxiliats, les 4ème et 5ème siècle sont terribles pour l’armée romaine : les pertes sont énormes, notamment à cause des guerres civiles, toujours plus couteuses en hommes que les guerres contre les barbares. Les Empereurs doivent lever toujours plus de troupes, toujours plus rapidement, sacrifiant sans doute la qualité au profit de la quantité, si nécessaire pour répondre présent sur tous les théâtres d’opérations. Quand on pense que César, lors de la Guerre des Gaules, estimait une de ses légions encore trop tendre « seulement » après 7 ans de combats !
  2. Il est indéniable que les débuts du règne de Flavius Honorius ont dû être très gourmands en hommes. Il régnait sur la partie occidentale dont l’armée avait été saignée à blanc par la bataille de la Rivière froide quelques années auparavant par l’armée orientale de Théodose, son père. Stilicon, son général en chef (magister utriusque militiae) et régent de fait, dut faire face à des conflits terribles : la révolte de Gildon, le Comte d’Afrique, ne fut réprimée que par 5000 hommes d’élite prélevés sur l’armée Gauloise (dont les terribles Joviens et Herculiens). Qualitativement exceptionnelle, la troupe était quand même bien faible numériquement pour un territoire aussi stratégique que l’Afrique ! Mais c’est sans doute les invasions d’Alaric, repoussées lors de batailles (Pollentia, Verona, en Italie du Nord) puis l’immense invasion de Radagaise (écrasé à Florentia/Florence, en plein cœur de l’Italie !) qui durent mettre à rude épreuve l’Armée romaine. D’ailleurs, Stilicon rapatria les meilleures légions et les auxiliats de Bretagne et de Gaule pour défendre l’Italie, ce qui aboutit à l’abandon de fait de la province Britannique et dégarni dangereusement la Gaule, envahie sans difficultés quelques années plus tard en 406. Autre indice, la horde de Radagaise massacrée, Stilicon prit à son service 12 000 optimates (guerriers d’élite, même si le chiffre est peut-être trop élevé) survivants, à rapprocher de son armée régulière en Italie du Nord qui ne comptait que… 20 000 hommes !!
  3. La répression de la révolte africaine de Gildon permit de saisir les biens immenses du rebelle, dont la famille comptait parmi les plus riches de la province. Les biens saisis étaient tellement nombreux qu’il fallu nommer un haut fonctionnaire impérial, le Comes gildoniaci patrimonii pour en faire l’inventaire et les vendre au profit du trésor impérial ! Ces richesses prodigieuses permirent selon de nombreux historiens à Stilicon de recruter de nombreuses unités pour renforcer son armée durement éprouvée. Honorius étant empereur, il était logique de nommer ces légions, auxiliats et vexillations en son nom.
barbares déditices
Les barbares qui se mettaient au service de Rome, même s’ils ne brillaient pas par leur discipline, se révélaient souvent de loyaux soldats

Mais qui étaient ces Equites Honoriani Seniores ? En l’absence de certitude, il est tentant de faire un parallèle avec les Equites Honoriani Taifali iuniores : si les deuxièmes sont des Taïfales, pourquoi pas les premiers ?

cavalerie gothique
La cavalerie gothique peut parfaitement représenter nos taïfales des Equites Honoriani Seniores

Ce sera donc une unité de barbares capturés et passés sous étendard romain, plutôt légère, les barbares n’ayant pas la capacité de s’équiper comme les romains notamment en armement défensif. Pour les réaliser, les Hät 8085 (et les cavaliers goths du set Hät 8133) étaient parfaits : ces cavaliers goths figureront ces captifs partis sous commandement  romain sur une frontière lointaine, loin de leur tribu. Pour eux, ce sera le Rhin au lieu du Danube !

Le peu d’armement défensif (seuls 5 sur 14 porteront une armure), les cheveux longs et la barbe leur donneront un aspect plus sauvage et moins romanisé que les autres unités de cavalerie en Gaule, comme par exemple les equites primi gallicani.

charge barbares diorama 20mm
En faisant de cette unité un escadron de cavalerie légère, je pars du principe que les dernières unités intégrées à l’armée des Gaules ne bénéficiait pas de l’armement standardisé romain, notamment les armures
Advertisements

4 réflexions sur “Equites Honoriani seniores – Cavaliers Honoriens Seniors

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s